• MON CONTE DE NOËL A MOI !

    J'ai écrit ce conte en pensant très fort à ces enfants à qui cela arrive !

    LE NOËL DE FABIOLA.

    Nous étions le 24 décembre, Fabiola se réveillait en entendant sa maman revenir de son travail.  C'était une femme seule qui élevait sa petite fille et qui devait faire des ménages la nuit dans des entreprises pour subvenir à leur besoin. Sa maman était là, assise à la table, son petit déjeuner fumant. On voyait qu'elle avait quelque chose à dire à Fabiola mais qu'elle ne savait pas comment le lui dire. Fabiola entra dans la cuisine toute excitée :
    - "Maman on est le 24  décembre et cette nuit le Père Noël va passer !"
    La maman baissa le nez, et dit :
    - " Fabiola, tu es grande maintenant, tu vas avoir sept ans, il faut que tu saches que le Père Noël..."
    Elle s'arrêta car elle se demandait comment elle allait pouvoir dire à sa petite fille que le Père Noël, enfin vous savez ...
    - "Fabiola, reprit la maman, le Père Noël , ne peut passer que si on est riche, car vois-tu il faut envoyer un peu d'argent pour commander les jouets qu'il dépose dans les souliers !"
    - "Mais maman, nous n'avons jamais été riche, et pourtant chaque année le Père Noël, m'apportait ce que j'avais commandé, je te dis que moi le Père Noël est un homme bon et qu'il n'oublie jamais un enfant. Fabiola n'avait  que 6 ans, mais déjà elle raisonnait en grande personne !
    - "Chérie, vois-tu, tu sais que maman a du s'arrêter de travailler car je suis tombée malade, puis toi aussi tu es tombée malade, le mèdecin et les médicaments tout ça n'est pas gratuit, hélas, et tu vois même parfois nous sommes obligées de nous priver car sinon nous n'aurions pas assez d'argent pour finir la fin de mois ! et Pourtant Dieu seul sait que je fais tout ce que je peux, que je travaille mais tout est tellement trop cher !"
    Fabiola écoutait sa maman puis lui dit :
    "- t'inquiètes pas maman, Le Père Noël est un homme bon ! tu verras !"
    Et Fabiola sortie dehors pour aller jouer et voir toute la neige qui était tombée pendant la nuit.
    Il recommança à neiger et il faisait froid, aussi Fabiola décida de rentrer. Elle appela sa maman mais pas de réponse. Elle se précipita dans la cuisine et trouva sa maman sur le sol inanimée. Elle descendit l'escalier à toute vitesse, sonna chez la voisine, lui expliqua ce qui arrivait. La voisine monta, puis redescendit pour appeler les secours car la maman ne se réveillait pas. Les secours arrivèrent, mais la yeux de la maman restaient fermés ! Ils l'emmenèrent en ambulance et Fabiola suivit. Elle resta des heures et des heures dans le couloir de l'hôpital sans que personne ne s'en aperçoive tant elle était sage ! Puis elle vit qu'on transportait sa maman dans une chambre avec tout plein d'appareils branchés. Elle n'eut pas le droit d'entrer. Elle regardait à travers les glaces. Lorsqu'une infirmière sortit de la chambre elle demanda ce qu'avait sa maman. Elle lui répondit :
    -"ton papa va bientôt arriver, nous lui diront tout ça.
    -" mais je n'ai pas de papa, répondit Fabiola.
    - il faut me dire ce qu'à ma maman, je suis grande, je vais avoir bientôt sept ans ! c'est maman qui l'a dit !
    - mais tu ne peux pas rester ici, il faut que quelqu'un vienne te chercher, tu n'as pas une mamy ou un papy qui puissent venir te chercher ?
    - non, nous sommes toutes les deux maman et moi.
    Beaucoup de travail attendait l'infirmière, et elle partit en lui disant qu'elle allait revenir. La petite fille toujours aussi sage ne bougeait pas de sa chaise. Elle attendait et par moment elle joignait ses deux petites mains et on aurait dit qu'elle priait. Tout le monde la regardait, internes et infimières, et ne savaient quoi faire. L'aide à l'enfance était fermé déjà depuis un petit moment, et personne n'avait eu le temps de prendre soin de cette petite fille. Les heures passaient et Fabiola fit un prière à haute voix.
    - Je sais que d'habitude on demande quelque chose à Dieu ou à Jésus. Mais cette fois -ci je vais faire une prière au Père Noël. Père Noël, maman m'a dit que cette année nous n'étions pas riche et que je n'aurai surement pas la jolie poupée que j'avais commandé, mais cela ne fait rien ! je veux juste te demander de guérir ma maman, promis je ne te demanderai plus rien jusqu'à très longtemps ! Mais s'il te plaît fait que ma maman ouvre ses yeux !
    Un interne qui passait là, c'était arrêté et avait écouté ! Même s'il était un homme, ses yeux avaient rougis ! Il consulta ses collègues et tout à coup eut une idée. L'après-midi même il y avait eu un goûter pour les enfants hospitalisés et le Père Noël était venu distribuer quelques friandises et de petits cadeaux. Il descendit à l'étage des enfants, et euréka le costume du Père Noël était encore là ainsi que quelques friandises et il restait quelques jouets dont une petite poupée barbie. Il prit tout ça et remonta au service de réanimation. Minuit allait bientôt sonné, ses collègues l'aidèrent à s'habiller, trouva un petit cousin pour faire son gros ventre, il portait déjà des lunettes, c'était donc parfait.
    Fabiola était toujours là, le nez collé à la vitre regardant sa maman, et ses deux petites mains jointes en signe de prière. Elle ne pleurait pas, elle était grande maintenant, elle ne devait pas pleurer, sa maman lui avait dit.
    Et tout à coup, elle entendit un "hohoho" et vit le Père Noël. Ses yeux n'étaient pas assez grands, elle ne l'avait jamais vu en vrai ! Elle était comme médusée, la bouche grande ouverte !
    -" je savais que Le Père Noêl était un homme bon, et qu'il n'oublie jamais un petit enfant."
    et elle se précipita dans ses bras ! L'interne avait du mal à ne pas pleurer, mais un homme ç'a ne pleure pas n'est ce pas ! Les infirmières, tant qu'à elles avaient toutes un petit mouchoirs, mais on sait que les dames ça pleurent énormément !!! Le Père Noël dit à Fabiola :
    - "tu sais, ta maman va se réveiller ce n'est qu'une question de temps ! et moi je t'ai apporté cette jolie petite poupée et ces  bonbons pour te faire patienter. Peut être que demain tout ira mieu ! "
    Et tout à coup une lueur venue de je ne sais où, illumina la chambre de la maman de Fabiola et celle-ci émit quelques gémissement et papillonna des yeux ! Les infirmière se précipitèrent dans la chambre, le Père Noël tenait encore la petite fille. Puis une d'entre elle, fit un signe à Fabiola, la prit dans ses bras et lui dit :
    - dit bonjour à ta maman !
    Deux grosses larmes coulèrent sur les joues de Fabiola, elle aurait voulu ne pas pleurer, mais à sept ans on a encore le droit de pleurer !
    Et se tournant vers le Père Noël, la petite fille lui dit :
    -"Merci Père Noël d'avoir sauver ma maman, c'est mon plus beau Noël et je ne l'oublirai jamais !"

    Marie
    Tous droits réservés.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Décembre 2008 à 20:28
    Bouhhhhh !!! J'y suis allée de ma petite larme. Que c'est beau et bien écrit. Une magnifique histoire comme je les aime. Quel talent !!! Un grand bravo à toi. Je te souhaite un bon week-end
    2
    marcel
    Jeudi 13 Septembre 2012 à 19:09
    Bonjour Marie, avec toutes ces belles histoires tu vas pouvoir nous ecrire un beau livre Bisous
    3
    lou
    Jeudi 13 Septembre 2012 à 19:09
    Si toutes les histoires pouvaient se terminer ainsi, ce serait génial... Demain me fait peur!!! On connait le passé mais pas l'inconnu. Cet inconnu d'enfant gâté qu'on a été...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :